Comment rendre un mur d’objets « magiquement » interactif ?

L’affichage sur le mur d’objets est assuré par de la projection vidéo. Le objets projetés pouvant être touchés, dont les « plus » lumineux, ne sont par eux-mêmes pas interactifs: ce sont de simples assemblages de pixels.

Pour réagir à des sollicitations de la part des visiteurs, nous devions donc intégrer des capteurs. Plusieurs solutions étaient envisageables, allant de simples boutons matériels ou interrupteurs à des solutions complexes de reconnaissance vidéo. Notre choix était motivé par la nécessité de ne pas montrer au visiteur le système de capteurs utilisés. Nous voulions obtenir un effet « magique » lors du contact avec le mur et les éléments lumineux, sans que le visiteur sache a priori quel était le mécanisme faisant réagir le mur à son contact.

Nous avons finalement mis en œuvre des capteurs électromagnétiques placés de l’autre côté de la cloison en bois servant de support à la scénographie. En tout, le mur est criblé d’une centaine de capteurs. Chacun de ces capteurs est associé à une action spécifique sur un objet spécifique:

  • « plus » lumineux pour voir les informations sur un objet,
  • changement de langue,
  • page suivante ou précédente dans les informations disponibles,
  • play/pause sur les vidéos et diaporama.

Notre logiciel fait ensuite la correspondance entre chaque capteur et l’entité visuelle avec laquelle il est relié.

capteurs1 capteurs2

La clé de ce mécanisme est la correspondance entre les éléments visuels d’un côté de la cloison et les capteurs placés de l’autre côté. Même si des plans précis de la scénographie ont été réalisés, il était clair que la précision requise (de l’ordre du centimètre) ne serait pas atteinte en plaçant les objets indépendamment. Nous avons donc mis au point un procédé de réglage logiciel et matériel nous permettant d’assurer un positionnement précis et surtout pérenne dans le temps, en cas de déplacement des systèmes de projection vidéo, de changement de capteurs, etc.

La première partie du mécanisme concerne le positionnement des projecteurs. Pour cela, nous avons créé  des mires permettant de placer chaque zone de projection par rapport à sa zone de couverture et aux objets qui la concerne. Les mires sont affichables en un clic au travers de l’iPad contrôlant le showroom, en passant dans le mode diagnostic. De cette manière, même en cas de mouvements accidentels ou de remplacements des équipements de projection, le calibrage est toujours facile à vérifier et à rétablir.

Ensuite, nous devons positionner les éléments  visuels projetés par rapport aux objets physiques,  étant d’un côté et de l’autre de la cloison. Ceci concerne les zones d’affichage de l’information, les « plus » lumineux et les éléments de contrôle (langue, précédent/suivant, etc.). Pour cela, nous utilisons Adobe Illustrator en combinaison avec Apple Airplay. Ceci nous permet de projeter les zones directement sur le mur d’objets depuis un ordinateur portable comportant tout le dispositif de configuration. Un technicien peut alors caler directement sur le mur ses zones de projection au plus près des objets et avec une conformité totale par rapport à ses souhaits. Les fichiers graphiques sont ensuite traités directement par notre logiciel à la manière de ce que nous expliquons ici.

Enfin, nous utilisons un système électromagnétique pour positionner les capteurs par rapport aux objets visuels déjà en place, ceci au travers de la cloison. Il ne reste alors plus qu’à fixer les capteurs à l’emplacement repéré et à procéder à l’enregistrement de chaque capteur avec l’action qu’il doit réaliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *